EN NL
 

Pakistan

… Cette lettre pour vous exprimer, une fois de plus, notre profonde gratitude : vous ne cessez de nous assurer de vos prières et de votre souci par rapport aux inondations toujours plus graves qui ravagent le pays, spécialement dans la province méridionale du Punjab, dans le Diocèse de Multan. En même temps, je veux vous donner un compte rendu de notre visite dans l’une des plus régions les plus étendues, frappée par les inondations, dans le diocèse de Multan. Vous savez qu’il y a une grande différence entre ce que nous entendons et ce que nous voyons.

Le 28 août, huit SCJM de trois communautés – Lahore, Gujranwala et Yohannabad, sont parties pour le Diocèse de Multan. Nous avons atteint Multan à minuit : après un bref repos de quelques heures, nous sommes allées avec l’évêque de Multan et le P. Mani dans trois villages totalement emportés. Le 29 août, nous avons rendu visite aux gens affectés par les inondations. Nous avons commencé notre voyage de retour à 17h30 et avons rejoint Lahore à 2h45 (quelques photos suivront bientôt).

Ces inondations, les torrents des collines et les pluies torrentielles en ont tué des milliers et détruit tout sur leur chemin. Mais un autre désastre plus grand guette : la mort provoquée par la faim, les maladies, la malnutrition, l’eau contaminée, et le manque d’équipement humain de base. Le désespoir humain et la lutte pour la survie, la ruée pour la nourriture et pour l’aide médicale et d’innombrables autres scènes horribles de misère humaine ont mis tout le monde dans un état de choc.

Nous avons pu visiter trois villages et distribuer des provisions à 166 familles. Toucher du doigt la terrible misère des gens nous a arraché le coeur. Pour le moment, tous essayent de tendre la main dans un souci humanitaire pour apporter quelque réconfort et consolation à ceux qui souffrent mais il faut craindre les suites. C’est triste à dire, mais beaucoup de gens égoïstes, au lieu d’aider, sont en train de se remplir les poches. Le pillage va bon train et sous déguisement d’aide, des enfants sont enlevés, et spécialement des filles.

Heureusement, notre camion de provisions a été protégé contre le pillage parce que nous étions bien escortées par la police à l’avant et à l’arrière et par une équipe de Caritas bien qu’à un certain endroit, des centaines de gens étaient prêts à attaquer.

Nous avons vu des villages, des fermes, totalement submergés par les flots, la dévastation et la destruction du bétail. Nous sommes choqués et profondément bouleversés par l’ampleur de la catastrophe de cette inondation, car tout cela laisse entrevoir un avenir très sombre pour notre peuple. Et il semble qu’il n’y ait pas de fin aux pluies et à la montée des eaux dans les rivières.

Nous, SCJM, nous sommes très reconnaissantes à Dieu de ce qu’aucun des membres des familles de nos sœurs n’ait été affecté par les inondations. Nous essayons de faire de notre mieux : nous n’épargnons aucun effort pour atteindre les régions affectées.

Aujourd’hui, un autre groupe de Supérieures Majeures est allé à la rencontre d’une autre partie. A chaque déplacement, nous découvrons de nouveaux besoins et achetons des provisions en conséquence.

Ainsi, voilà quelques nouvelles informations sur la manière dont chaque groupe prête main forte.


Dernières nouvelles

Nouvelle équipe régionale Rwanda

La nouvelle équipe régionale : Mali


Pour être tenu au courant de nos activités, svp entrez votre adresses email :